Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de observatoiredesconspirations
  • Le blog de observatoiredesconspirations
  • : De plus en plus, la Mondialisation entend imposer à tous les humains une pensée unique politiquement correcte dont les valets sont la désinformation et le complot des grandes multinationales contre les peuples. Ces dérives sont dénoncées ici. Devenez des Hommes Libres !
  • Contact

Profil

  • observatoiredesconspirations
  • Wolf Patriotic écrivain Passionné de Vérité dans ce monde de conspiration du Mensonge
  • Wolf Patriotic écrivain Passionné de Vérité dans ce monde de conspiration du Mensonge

observatoiredesconspirations

Recherche

Pour une Identité Chrétienne Française et Européenne

IDENTITE CHRETIENNE FRANCAISE - ICF

IDENTITE CHRETIENNE EUROPEENNE - ICE

Cross-&-Flame-701111

La question de l’identité nationale est lié à celle de notre identité chrétienne  et fait l’objet de grands débats publics en raison principalement des flux migratoires et à l’accueil sur notre territoire de familles déracinées qui ont d’autres référents culturels et religieux (l’Islam). Ces référents ne sont pas les nôtres, et sous couvert d'humanisme béant, nous ne pouvons admettre que ceux-ci supplantent les nôtres. Face à des médias aux ordres et des gouvernements complaisants dans cet mise à mort de notre identité, nous appelons ceux qui souhaitent participer à une nouvelle organisation de défense des valeurs issues du Christianisme français et européen à prendre contact avec nous à l'adresse que vous trouverez ci dessous.

Cette question de l’identité se résume, selons nous,  à l’échelle collective et à l’échelle individuelle, en  trois interrogations :
- D’où je viens ? Quelles sont mes racines, mes origines ?
- Dans un monde mobile, « liquide », qu’est-ce qui est sûr, inoxydable ?
- Où je vais ? Quel est le but de la vie ? Quel est l’avenir de notre société ?

Des préalables pour la Future Identité Chrétienne Française (ICF) :

- La défense du respect de la Religion Chrétienne et de sa morale, par delà les diverses chapelles : catholiques, protestants et orthodoxes, voir d'autres chrétiens y seront admis.

- Rejet du capitalisme matérialiste dont la pire expression, la mondialisation remet en cause la cohésion et le bonheur du peuple Chrétien, français et européen. Pour un christianisme enfin social et patriotique.

-  Le combat pour la défense des racines chrétiennes de la France et de l'Europe.

L'initiative présente fera l'objet de mises à jour régulière sur le blog en fonction de vos participations. Pour participer à cette initiative Chrétienne, sociale et patriotique, merci de nous contacter à : identitechretienne999@gmail.com 

 

Nouveauté Livre

.2114

L'ouvrage Mariage pour Tous est égal Manipulation pour Tous revient sur le long débat qui agita entre l'automne 2012 et le printemps 2013 la société française sur le projet qui aboutit finalement au mariage homosexuel. Il s'agit là d'un livre militant, sans aucune complaisance pour les manipulateurs agissant avec leurs complices ultra minoritaires du lobby LGBT dans une incroyable entreprise d'humiliation de millions de personnes qui manifestèrent contre cette loi inique...

Les auteurs de ce pamphlet, car c'en est un, sous le pseudonyme de Wolf Patriotic entendent lutter contre l'oubli de ces mois de luttes intenses car ce qui est à craindre est bien le syndrome du PACS, une lutte qui s'oubliera d'elle même et qui permettra à ceux qui veulent détruire la famille de progresser encore vers de nouvelles étapes : ils affûtent déjà leurs armes et leurs futurs projets : GPA et PMA, motivés qu'ils doivent être par leur dernière victoire sociétale

 

Mariage pour Tous est égal Manipulation pour Tous 
Edition Bookelis
ISBN : 979-10-227-0831-9
Pour commander cet ouvrage au tarif militant (13 Euros au lieu de 15 Euros), précisez Tarif Militant renseignements : identitechretienne999@gmail.com 
 

 

14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 14:12
Depuis que le pays est en crise, les gouvernements successifs tentent d'appliquer une politique de rigueur qui affame les peuples et que leur dictent les puissances de la Finance Internationale, ces Banksters qui auront notre peau un jour. En attendant ils s'attaquent à l'Espagne, puis ce sera l'Italie, le Portugal. Et un jour le coq gaulois pourrait lui aussi se faire plumer sous les Diktats européistes et de leurs complices usuriers. Retour sur un exemple lamentable qui pourrait nous faire comprendre à quelle sauce nous allons être dévoré si nous ne réagissons pas trés vite contre les usurpateurs de notre souveraineté
- 2009 : Le gouvernement socialiste de Georges Papandréou découvre une situation financière catastrophique que la droite à caché : un déficit de 12,7% du PIB, une dette publique de 125%. Le pays est dégradé par les agences de notation, et les taux d’intérêt auxquels la Grèce peut emprunter s’envolent
- 2010 : l’Union européenne et le FMI se portent soit disant au secours du pays par une aide exceptionnelle de 110 milliards d'euros sur trois ans, financée à 80 milliards d'euros par les pays de la zone euro, et le reste par le FMI. La contrepartie sera un vaste premier plan  de rigueur. La TVA passe de 19 à 21%. Sont également revus à la hausse les impôts sur les successions et les donations, les taxes sur  la consommation d''alcool (20%), sur le tabac (63%), ainsi que sur les carburants. La casse sociale est généralisée : les fonctionnaires voient leur 13e mois et leur 14e mois de salaire amputés respectivement de 30% et de 60%. Dans les entreprises publiques, tous les salaires sont réduits de 7%, les primes de 30%. Les pensions du secteur public et du secteur privé sont gelées et les conditions de départ à la retraite durcies.
- 2011 : Le plan de rigueur de 2010 n’a pas eu les effets escomptés. Un second plan est donc voté par le parlement qui renforce l'austérité : des hausses d’impôts, des critères d'allocations sociales durcis, notamment pour le chômage. Seul un fonctionnaire partant à la retraite sur dix est remplacé.
- En Septembre 2011, l'Union européenne, le FMI et la BCE menacent de suspendre ses versements. Ces affameurs dénoncent la lenteur de l’exécution des mesures votées ainsi que le dérapage continu des comptes publics. Un mois plus tard, le pays fait face à de nombreuses manifestations violentes et à la grève générale;l
- Le dernier mois de l'année 2011 voit l'arrivée d'un nouveau premier ministre, Lucas Papademos, qui s'empresse de faire voter un troisième budget d’austérité : au programme, nouvelles hausses d’impôts, baisses des salaires des fonctionnaires, réductions du nombre de salariés dans le secteur public. La population est saignée à bloc pour le bon vouloir des financiers, ces chacals qui se rassasient si bien des dépouilles des miséreux.
- L'année 2012 s'ouvre sous des perspectives guère réjouissantes : pour obtenir la suite des financements de l'Europé censée aider les peuples qui la composent, Lucas Papademos, dévoile de nouvelles mesures : le salaire minimum est réduit de 22%, à 586 euros brut par mois, et même de 32% pour les jeunes de moins de 25 ans. Les salaires du privé sont gelés, 15.000 emplois publics doivent être supprimés courant 2012, certaines pensions de retraites sont encore baissées. Les dépenses liées à la santé et à la défense sont réduites respectivement d'un milliard et de 300 millions d'euros. Les investissements publics sont diminués de 400 millions. Les privatisations doivent rapporter 4,5 milliards. Bref, la misère s'installe dans ce pays, notre voisin et il est à craindre que notre avenir soit un jour similaire à ce pathétique feuilleton de la mort d'une Nation orchestrée par la Finance et les dictateurs de Bruxelles. Irons nous à l'abattoir en bêlant comme des moutons !
Repost 0
Published by observatoiredesconspirations - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 18:27

Le MES (Mécanisme européen de stabilité) sensé sauver l'Europe de la crise va nous asservir pour toujours à l'austérité qui va ainsi devenir notre seule horizon. Ses principes de fonctionnement supposent un asservissement encore plus grand des démocraties aux lois iniques des marchés financiers. Et sa mise en place va entraîner pour longtemps une politique de régression sociale et de perte progressive de nos droits.  Les peuples vont trinquer

Le MES permet aux Etats européens, trop endettés pour avoir accès aux marchés financiers, de continuer à emprunter. Ainsi, ces pays pourront s’adresser au MES pour financer leurs investissements. Abondé par l’ensemble des Etats de la zone euro, en fonction du niveau de leur PIB, il se présente comme un outil de mutualisation et de solidarité. L’Allemagne et la France y versent plus que la Belgique ou la Grèce par exemple. 

Pour constituer le capital du MES, les Etats vont devoir emprunter à nouveau sur les marchés financiers et continuer à devenir leurs esclaves. Car ce mécanisme européen de stabilité ne remet pas en cause le principe absurde, inscrit dans le traité de Lisbonne, qui interdit aux Etats membres d’emprunter auprès de leur propre Banque, la Banque centrale européenne (BCE). Alors que les banques privées, elles, empruntent à 1% auprès de la BCE puis prêtent aux Etats à un taux nettement supérieur. La France, par exemple, qui emprunte actuellement à un peu plus de 3% va donc devoir s’endetter encore plus. Celà est parfaitement intolérable

Il faut remettre en cause ce principe qui consiste à contraindre les Etats à n’emprunter qu’auprès des banques privées qui, elles, « s’approvisionnent » directement auprès de la BCE (comme le font les Etats-Unis et le Royaume-Uni auprès de leur propre banque centrale) ? Essentiellement pour ne pas « désespérer » les marchés financiers, restructurer les conditions d’accumulation du capital et justifier les politiques de modérations salariales et de déconstruction du code du travail nécessaires à assurer la compétitivité de notre économie dans un contexte de concurrence mondialisée.

 

L'avenir qu'on nous promet. A partir du 1er mars 2013, l’octroi d’une aide financière du MES aux Etats sera conditionné par la ratification d’un nouveau traité : le TSCG (Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance). En adoptant ce traité conditionnant les aides, les Etats s’engagent – sous peine de fortes pénalités – à adopter une discipline budgétaire leur interdisant un déficit public supérieur à 3% de leur produit intérieur brut (PIB). Et ils devront inscrire cette « règle d’or », comme on l’appelle aussi, dans leur Constitution.

Ainsi on voit qu’adoptant ce MES, les dirigeants européens saisissent le prétexte de la rigueur budgétaire pour réduire les dépenses de solidarité, de santé, d’éducation et abandonner toute idée de régulation de l’économie et de transition écologique.

Le MES ne va faire que renforcer l’avidité et l’aveuglement des marchés financiers dérégulés qui spéculent sur les dettes publiques. A quand un réveil du peuple face à ces RAPACES !

Repost 0
Published by observatoiredesconspirations - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 14:23

Une conférence intitulée «Processus d'Istanbul» vise à faire adopter en droit international la diffamation des religions.

- On sait ce qui va se passer si ce programme est adopté : il n'y aura aucune réciprocité ; la liberté d'expression va reculer en Occident ; la répression des minorités et des esprits libres va s'accroître dans les pays musulmans ; et l'intolérance religieuse, loin de diminuer, va aller en augmentant.
- La Commission Européenne fer de lance de la tentative islamique de criminaliser la liberté d'expression
- L'Union européenne a proposé d'accueillir la prochaine réunion du Processus dit d'Istanbul, une tentative agressive des pays musulmans de faire de la critique de l'islam un crime international.
- L'annonce intervient moins d'un mois après que les États-Unis aient organisé leur propre Conférence du Processus d'Istanbul à Washington.
- Le Processus d'Istanbul - son but explicite est d'inscrire dans le droit international une interdiction mondiale de tout examen critique de l'islam et/ou de la charia islamique - est dirigé par l'Organisation de la coopération islamique (OCI), un bloc de 57 pays musulmans. Basée en Arabie saoudite, l'OCI a longtemps fait pression sur l'Union européenne et les États-Unis pour imposer des limites à la liberté de parole et d'expression sur l'Islam.

277185_257961800909944_473149247_n.jpg
- Mais maintenant l'OCI redouble d'efforts et elle s'est engagée dans une offensive diplomatique décisive pour convaincre les démocraties occidentales de mettre en ouvre au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (CDH) la Résolution 16/18 qui appelle tous les pays à lutter contre « l'intolérance, les stéréotypes négatifs et la stigmatisation de. la religion et de la croyance ». (On peut trouver ici et ici des analyses sur la guerre de l'OCI contre la liberté d'expression).
- La Résolution 16/18, qui a été adoptée au siège du CDH à Genève en mars 2011, est largement considérée comme une avancée significative dans les efforts de l'OCI pour faire progresser le concept juridique international de diffamation de l'islam.
-Toutefois, la résolution du CDH - ainsi que la résolution 66/167 parrainée par l'OCI qui a été discrètement approuvée à l'Assemblée générale du 19 décembre 2011 par les 193 membres des Nations Unies - reste sans effet tant qu'elle manque du soutien solide de l'occident.
- L'OCI a donc réussi un coup diplomatique lorsque l'administration Obama a accepté d'accueillir à Washington du 12 au 14 décembre 2011 une conférence de trois jours du Processus d'Istanbul. Ce faisant, les États-Unis ont donné à l'OCI la légitimité politique qu'elle cherchait pour mondialiser son initiative visant à interdire la critique de l'islam.
396179_343778972320658_332743660090856_1127978_1707645122_s.jpg

- L'enquête de l'IINA se poursuit : « Les fonctionnaires du Département des affaires culturelles de l'OCI ont déclaré que la proposition de l'Union européenne d'accueillir la troisième réunion (la première se tenait à Istanbul en juillet et la seconde à Washington en décembre) est considérée comme une nouvelle possibilité prometteuse de résoudre ce problème. En organisant la réunion en Europe qui est plus touchée par le phénomène de l'islamophobie et de l'hostilité envers l'islam, le « Processus d'Istanbul » prendra un élan supplémentaire. »
- L'OCI est particulièrement irritée par son incapacité à faire taire le nombre croissant d'hommes politiques démocratiquement élus en Europe qui ont exprimé leurs inquiétudes sur le refus des immigrés musulmans de s'intégrer dans leur pays d'accueil et la création qui s'ensuit de sociétés islamiques parallèles dans de nombreuses parties de l'Europe.
- Selon l'IINA, « M. Ihsanoglu » a déclaré « que le rôle croissant en politique de l'extrême droite dans plusieurs pays européens est devenu plus fort que la capacité de l'Organisation (OCI) à expliquer que l'extrême droite, qui (sic) déteste les musulmans, est devenue un levier dans les mains des hommes politiques. Il a ajouté que la montée de l'extrême droite par des élections est devenue une question qu'on ne peut pas contrecarrer compte tenu de la façon démocratique dont ces extrémistes accèdent à leur fonction. Il a souligné le référendum organisé en Suisse comme exemple qui a entraîné là-bas la suspension de la construction de minarets à la suite d'un vote des Suisses. »
- En d'autres termes, l'OCI est maintenant à la recherche de soutiens de fonctionnaires non-élus au siège de l'Union européenne à Bruxelles pour promulguer une législation paneuropéenne du discours de haine pour limiter par décret ce que 500 millions de citoyens européens - y compris les hommes politiques démocratiquement élus - peuvent et ne peuvent pas dire à propos de l'islam.
395731_2509149939109_1563908992_31986744_266013289_n.jpg

- Il est certain que de nombreux pays européens qui sont dépourvus des protections du Premier Amendement comme aux États-Unis ont déjà promulgué des lois contre les discours haineux qui servent effectivement de procurations pour la législation universelle du blasphème que l'OCI cherche à imposer à l'Union européenne dans son ensemble.
- En Autriche par exemple, une cour d'appel a confirmé en décembre 2011 la condamnation politiquement correcte d'Élisabeth Sabaditsch-Wolff, femme au foyer viennoise et militante anti-djihad, pour « dénigrement des croyances religieuses » après qu'elle eut donné une série de séminaires sur les dangers de l'islam radical. La décision a montré que si le judaïsme et le christianisme peuvent, dans l'Autriche postmoderne multiculturelle, être dénigrés en toute impunité, dire la vérité sur l'islam est soumis à des sanctions juridiques rapides et lourdes.
- En Autriche également, Susanne Winter, une femme politique autrichienne membre du Parlement, a été condamné en janvier 2009 pour le « crime » de dire que « dans le système actuel » le prophète islamique Mahomet serait considéré comme « pédophile », en référence à son mariage avec Aïcha. Winter a été également reconnue coupable de « provocation » pour avoir dit que l'Autriche était confrontée à un « tsunami d'immigration islamique ». Winter a été condamnée à payer une amende de € 24.000 (31.000 $), et à une peine de prison avec sursis de trois mois.
- Au Danemark, Lars Hedegaard, le président de la Société Free Press International, a été reconnu coupable en mai 2011 par un tribunal danois, de « discours de haine » pour avoir dit dans une interview enregistrée qu'il y avait une forte incidence des viols d'enfants et de violence domestique dans les zones où domine la culture musulmane.


- Les commentaires de Hedegaard, qui a attiré l'attention sur les conditions de vie horrible de millions de femmes musulmanes, a violé l'article 266b tristement célèbre du code pénal du Danemark, une disposition fourre-tout que les élites danoises utilisent pour faire respecter les codes du discours politiquement correct. Hedegaard a fait appel de sa condamnation devant la Cour suprême danoise, où l'affaire est actuellement en instance.
- Également au Danemark, Jesper Langballe, un politicien danois membre du Parlement, a été reconnu coupable d'incitation à la haine en décembre 2010 pour avoir dit que les crimes d'honneur et les abus sexuels se produisent dans des familles musulmanes.
- La possibilité de prouver ses affirmations a été refusée à Langballe car en vertu du droit danois, peu importe de savoir si un énoncé est vrai ou faux. Tout ce qu'il faut pour une condamnation c'est que quelqu'un se sente offensé. Langballe a été immédiatement condamné à payer une amende de 5000 couronnes danoises (850 $) ou à dix jours de prison.
- En Finlande, Jussi Halla-aho Kristian, un homme politique et commentateur bien connu, a été traduit en justice en mars 2009 sur les accusations de « provocation contre un groupe ethnique » et de « violation du caractère sacré de la religion » pour avoir dit que l'islam est une la religion de la pédophilie. Un tribunal d'Helsinki a ensuite abandonné l'accusation de blasphème mais a donné l'ordre à Halla-aho de payer une amende de 330 € (450 $) pour avoir semé le trouble sur un culte religieux. Outré par le rejet des accusations de blasphème par la Cour, le procureur public finlandais a fait appel devant la Cour suprême finlandaise où l'affaire est maintenant en cours de révision.
- En France, le romancier Michel Houellebecq a été poursuivi en justice par les autorités islamiques des villes françaises de Paris et de Lyon pour avoir appelé l'islam « la religion la plus stupide » et pour avoir dit que le Coran est « mal écrit ». Au tribunal, Houellebecq (se prononce Wellbeck) a dit aux juges que bien qu'il n'avait jamais méprisé les musulmans, il n'avait que mépris pour l'Islam. Il a été acquitté en octobre 2002.

 


- Toujours en France, Brigitte Bardot, la célèbre actrice qui s'est lancée dans la croisade pour les droits des animaux, a été condamné en juin 2008 pour « incitation à la haine raciale » après avoir exigé que les musulmans anesthésient les animaux avant de les abattre.
- En Belgique, Aldo Mungo fait l'objet d'une plainte par un office dépendant du premier ministre pour avoir diffusé un diaporama mettant en relation l'abattage Halal, la perception de la dîme islamique par des organisations liées aux Frères musulmans et le financement de mouvements terroristes comme le Hamas par ces mêmes Frères musulmans.
- Aux Pays-Bas, Geert Wilders - chef du Parti hollandais de la liberté qui avait dénoncé la menace soulevée par les immigrés musulmans non assimilés pesant sur les valeurs occidentales - a récemment été acquitté des cinq accusations d'incitation à la haine religieuse contre les musulmans pour les commentaires critiques de l'islam qu'il a faits. Le verdict historique a mis fin à une odyssée juridique de deux ans hautement médiatisée.
- Également aux Pays-Bas, Gregorius Nekschot, pseudonyme d'un dessinateur hollandais opposant déclaré à l'excision islamique des femmes et se moquant souvent du multiculturalisme néerlandais, a été arrêté à son domicile à Amsterdam en mai 2008 pour avoir dessiné des caricatures jugées offensantes pour les musulmans. Nekschot (qui signifie littéralement « balle dans le cou », méthode utilisée selon le dessinateur, par « les fascistes et les communistes pour se débarrasser de leurs adversaires ») a été libéré après 30 heures d'interrogatoire par les représentants de la loi hollandaise.
- Nekschot a été inculpé pour huit caricatures qui « attribuent des qualités négatives à certains groupes de personnes » et comme telles sont insultantes et constituent des crimes de discrimination et de haine, conformément aux articles 137c et 137d du Code pénal néerlandais.
- Dans une interview au quotidien néerlandais De Volkskrant, Nekschot a dit que c'était la première fois en 800 ans d'histoire de la satire aux Pays-Bas qu'un artiste était mis en prison. (Depuis cette interview a été retirée du site internet du journal). Bien que l'affaire contre Nekschot ait été rejetée en septembre 2010, il a mis fin à sa carrière de caricaturiste le 31 décembre 2011.
- En Italie, la regrettée Oriana Fallaci, journaliste et auteur, a été traduite en justice pour avoir écrit que l'islam « apporte la haine, au lieu de l'amour et l'esclavage au lieu de la liberté ». En novembre 2002, un juge en Suisse, agissant sur un procès intenté par le Centre islamique de Genève, a émis un mandat d'arrêt contre Fallaci pour violation de l'article 261 du code pénal suisse ; le juge a demandé au gouvernement italien soit d'intenter des poursuites soit de l'extrader. Le ministère de la Justice italien a rejeté cette demande au motif que la Constitution italienne protège la liberté d'expression.
- Mais en mai 2005, l'Union des communautés islamiques en Italie (UCOII) liée aux Frères musulmans, a déposé une plainte contre Fallaci l'accusant que « certaines des choses qu'elle dit dans son livre 'La Force de la Raison' sont offensantes pour l'islam ». Un juge italien a ordonné un procès de Fallaci à Bergame sur les accusations de « diffamation de l'islam ». Fallaci est décédée d'un cancer en septembre 2006, quelques mois seulement après le début de son procès.
- Le "Processus d'Istanbul", un processus pervers
- Nina Shea rend compte de la conférence qui s'est déroulée à Washington avec l'OCI dans le but de mettre en ouvre des résolutions de l'ONU qui, sous prétexte de combattre «l'intolérance religieuse», menacent de conduire à la répression de toute critique de l'islam. La réunion de Washington a été planifiée à Istanbul en juillet dernier, d'où le nom «Processus d'Istanbul».
- Le processus a été dénoncé par des leaders musulmans d'Amérique du nord dans une déclaration dont Tarek Fatah est l'un des signataires.
- La Secrétaire d'Etat Hillary Clinton a clôturé mercredi 14 décembre le «Processus d'Istanbul», une conférence internationale de trois jours à huis clos sur les mesures de lutte contre «l'intolérance religieuse, les stéréotypes négatifs et la stigmatisation», organisée par le Département d'Etat.
- La conférence avait pour but de «mettre en ouvre» la résolution 16/18 adoptée en mars dernier par le Conseil des droits de l'homme de l'Onu sur ce sujet. Cette conférence a été une folie, même si Clinton a défendu la liberté de religion et de parole dans son discours de clôture.
- La résolution 16/18 remplace le dangereux projet de pénalisation de la «diffamation des religions» dans le monde entier. La demande d'une loi universelle sur le blasphème a été poussée sans relâche pendant 12 ans par l'Organisation de coopération islamique basée en Arabie saoudite, un organisme essentiellement religieux mandaté pour «combattre la diffamation de l'islam». L'OCI émet des fatwas et d'autres directives pour punir l'expression publique de l'apostasie de l'islam ainsi que «l'islamophobie».
- Les leaders de cette campagne de l'OCI - l'Arabie saoudite, l'Iran, l'Egypte et le Pakistan - emprisonnent les «blasphémateurs» ou les condamnent à mort.


- La résolution 16/18 déplore l'intolérance religieuse ; toutefois, grâce à une manouvre habile du Département d'État, elle n'apporte pas de restriction à la liberté de parole. L'Administration aurait dû en rester là. Au lieu de cela, alors qu'elle co-présidait une «réunion de haut niveau» de l'OCI sur l'islamophobie à Istanbul en juillet, Mme Clinton a invité l'OCI à Washington pour discuter de la manière de «mettre en ouvre» la résolution 16/18. Même si la conférence de Washington s'est terminée sans véritable conclusion, elle n'aurait pas dû avoir lieu, pour les raisons suivantes :
- Elle a offert à l'OCI une plate-forme transnationale lui permettant de raviver son agenda contre la diffamation de la religion alors que cette question avait été enterrée à l'ONU. L'Administration a commis une erreur en pensant que la résolution 16/18 représentait une convergence de vues entre l'OCI et les USA sur la liberté de religion et de parole.
- A Istanbul, Mme Clinton a affirmé que les États-Unis ne veulent pas de restrictions à la liberté de parole. Toutefois, son annonce de la conférence a immédiatement relancé les demandes de l'OCI que l'Occident punisse les discours anti-islamiques. Comme le rapportait l'OCI : «Les réunions qui se tiendront prochainement [à Washington] . permettront l'adoption de lois nationales par les états concernés par ce problème, ainsi que la formulation de lois internationales visant à empêcher l'incitation à la haine résultant de la diffamation des religions».
- La conférence a injustement singularisé les États-Unis pour un examen critique.
- Lors de l'ouverture de la conférence, un avocat du gouvernement a présenté un portrait biaisé de l'historique du sectarisme contre les minorités religieuses, y compris les musulmans, sans expliquer notre succès relativement exemplaire en matière de respect des libertés individuelles de religion et de parole dans une société extraordinairement tolérante et pluraliste. Il a dit aux participants, dont certains représentaient les nations les plus répressives au monde, que l'Amérique pouvait tirer des enseignements de leur expérience de la protection de la tolérance religieuse.
- En restant «unis» (terme utilisé par le chef de l'OCI dans un article publié dans un quotidien turc), avec l'OCI sur ces questions, les États-Unis semblent valider l'agenda de l'OCI, ce qui démoralisera les innombrables défenseurs des droits des femmes et des droits humains, blogueurs, journalistes, minorités, convertis, réformateurs, et tous les autres dans les pays membres de l'OCI qui comptent sur le soutien des États-Unis contre l'oppression.
- La conférence suscite des attentes de réglementation du discours sur l'islam par les États-Unis comme l'ont fait l'Europe de l'ouest, le Canada et l'Australie.

 


- L'Union européenne a imposé l'adoption de normes sur le discours religieux haineux après l'éruption d'émeutes et d'autres violences dans le monde suivant la publication des caricatures de Mahomet dans un journal danois. La conférence intensifiera les pressions exercées sur les États-Unis pour qu'ils se conforment à ces nouvelles «meilleures pratiques» mondiales.
- Clinton a naïvement irrité les diplomates islamistes mercredi en disant : «Nous devons dépasser l'idée selon laquelle nous pouvons opprimer les minorités religieuses et restreindre la liberté de parole, et que nous sommes assez intelligents pour substituer notre jugement à celui de Dieu en déterminant qui a blasphémé ou pas ». Il est peu probable que l'establishment wahhabite saoudien se laisse persuader par de tels arguments d'«infidèles».
- Les diplomates américains devraient mettre fin au «Processus d'Istanbul» et commencer à promouvoir avec énergie et confiance les vertus de notre Premier amendement. Ils doivent être soigneusement informés de la position intransigeante de l'OCI sur lois sur le blasphème et l'ampleur des atrocités qui y sont associées. Ils doivent cesser d'envoyer les signaux d'un consensus sur ces questions entre l'OCI et nous

Repost 0
Published by observatoiredesconspirations - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 06:44

Le dernier mercredi de chaque mois, place de la Concorde à Paris, les élites politiques, industriellees et financières, avec leurs valets soumis du monde des médias se rassemblent autour d'une table bien garnie en victuailles.  Par amour de la gastronomie ? Non, l'endroit est plutôt le lieu des petites combines où se discute la manière dont la populace sera désinformée par les médias. Entre autres, sans doute, car nous n'avons pas le droit de savoir ce qui s'y passe. Entre dérive démocratique et petites magouilles des puissants, Le Siècle.

Créé en 1944 par Georges Bérard-Quélin, ancien dirigeant du Parti radical et fondateur de la Société générale de presse, décédé en 1990, ce club rassemble la quintessence du pouvoir politique, économique, médiatique, voire intellectuel ou syndical. Sans distinction d'opinions, de croyances, seuls ceux qui n'encensent pas le Système n'y seront jamais

« Des personnalités qui se réunissent pour échanger sur des sujets de société. Une sorte d'auberge espagnole où chacun retire ce qu'il y appoansrte »,résume Étienne Lacour, secrétaire général de l'association, non sans hypocrisie.

De nombreux ministres sont membres du Siècle, de Jean-Pierre Raffarin à François Fillon. Des leaders du Parti socialiste aussi, comme Lionel Jospin ou Laurent Fabius. Le milieu des affaires y est bien représenté, avec la totalité des grands patrons, de Louis Schweitzer (Renault) à Michel Pébereau (BNP Paribas). Sans oublier les dirigeants de la presse et de l'édition, d'Odile Jacob à Jean-Marie Colombani, en passant par Claude Imbert et Laurent Joffrin.

 La sélection est rude.« On ne choisit pas le Siècle, c'est lui qui vous choisit ! »,souligne Étienne Lacour. Il faut compter dans les Hautes Sphères dirigeantes. Triées sur le volet, les prétendants gardent le statut d'invités pendant au moins un an avant de devenir membres. David Pujadas (France 2), Emmanuel Chain, Édouard de Rothschild ou Jean-François Copé ont, depuis peu, décroché leur adhésion. Une vraie société secrète des puissants qui complotent contre le peuple, à tel point d'ailleurs qu'il suffit de voir comment sont traité ceux qui entendent dénoncer les buts occultes su siècle et qui manifestent chaque mois devant le lieu de ce rassemblement de la Honte !

Repost 0
Published by observatoiredesconspirations - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 06:54

imagesCA55FBAP

 

 

 

Nouvel Ordre Mondial : Nous sommes tous ses esclaves

 

 

La Situation Actuelle

Voilà ce que pensent la plupart des théoriciens du Complot

" Le Pouvoir réel n'est plus depuis fort longtemps entre les mains de ceux que
l'on croit à savoir que ce Pouvoir échappe totalement aux politiques élus par
les populations. De fait, les véritables Maîtres de ce Monde de l'Illusion ne
sont plus les gouvernements de tel ou tel pays, fut-ce t'ils les plus puissants,
mais les dirigeants d'officines multinationales principalement financières et
industrielles, relayées par des pseudos institutions internationales dont la
principale carctéristique est une opacité indescriptible.
Ces dirigeants qui prennent toutes décisions concernant la vie du commun des
mortels, pauvre dindon de la farce, ne sont pas élus par le peuple et leurs
décisions s'appliquent au niveau planètaire, rendant impuissants les dirigeants
des Etats qui n"ont eux qu'un pouvoir limité à l'échelle de leur nation (quand
ils en ont encore !)

Les sociétés multinationales pèsent un poids dans la masse financière qui
dépasse d'ailleurs de trés loin celui des Etats. Ainsi, la démocratie a t'elle
depuis longtemps trépassée. Nous ne vivons que dans l'Illusion de la démocratie.
Une superbe illustration des accords ourdis contre les citoyens fut l'adhésion à
la monnaie unique européenne, rejetée dans des pays où cette décision fut
soumise au suffrage universel, elle fut généralement obtenue par des magouilles
anti-démocratique. Ce fut le cas en France, où particulièrement impopulaire,
cette adhésion fut adoptée par le seul vote des parlementaires. On notera au
passage la belle leçon de démocratie.

Une importante floraison de traités économiques, parmi lesquels GATT, OMC, AMI,
NTH et NAFTA notamment, ne vise qu'un seul but : renforcer encore plus le
pouvoir des oligarchies au détriment du pouvoir des populations dans un
processus de liquidation du reliquat de démocratie restant dans nos sociétés. Ce
processus liberticide est celui qui nous est distillé sous le nom rassurant de
MONDIALISATION.

imagesCAQ5EFPC.jpgUne quelconque proclamation de la dissolution de la démocratie n'aurait pas
manquée de provoquer des mouvements contestataires, voir pire des révolutions.
Mais l'oligarchie régnante, jamais à court d'idées en matière de conspirations
contre le peuple décida alors de maintenir une démocratie de façade, tout en
déplaçant les pouvoirs réels vers de nouveaux centres, hors du champ d'action
des peuples. Comment mieux faire taire et suivre les moutons que de leur faire
croire qu'ils ont une quelconque emprise sur leur destin ?

Ces braves moutons citoyens sont donc conviés régulièrement à des élections,
vidées de toutes substances, tant il est vrai que désormais à peu près tous les
dirigeants font partie du même politiquement correct, acquièçant et mettant en
oeuvres des lois et réformes dont il ne sont pas les vrais instigateurs.

Pour permettre une annihilation de toutes véléités de contestation,
l'information elle-même a été dépouillée de sa substance et ce, dés le début des
années quatre vingt dix. Un journal télévisé à l'heure actuelle ne contient que
quelques minutes d'informations véritables, le reste étant constitué de
faits-divers, de reality-shows de la vie quotidienne et de reportages divers sur
des faits anecdotiques.
Les émissions d'information ont été presque totalement supprimées. Plus vous
serez devenus bêtes et incultes, plus la Grande Manipulation pour vous faire
gober les plus grandes couleuvres sera facile à mettre en Oeuvre.

Si l'on en revient aux décideurs économiques, car ce sont eux qui tiennent le
pouvoir réel dans la société mercantile dans laquelle nous vivons, on remarquera
que ceux-ci sont presque tous issus du même milieu social, se connaissant, se
reconnaissant, partageant les mêmes points de vue et les mêmes objectifs,
également en matière de définition de leur société future idéale. Profits du CAC
40 et SDF crevant de froid chaque hiver, tel est ce modèle de société qu'ils
chérissent, ce venin abject qu'ils ont commencé à distiller dans les veines du
pauvre peuple qui, idiot utile, faute de compréhension pourrit année après année
du silence des mourrants.
Ainsi, depuis plus d'une bonne vingtaine d'année, se met en place le plus vil
des complots jamais ourdi, visant à faire désengager les états de l'économie au
profit unique de sociétés privées ne recherchant que les seules plus values.
Ainsi voit-ont nos hôpitaux, nos écoles, notre justice se paupériser de plus en
plus, comme pour justifier les paroles et les actes d'hommes politiques nous
prédisant le transfert des compétences de l'Etat vers des sociétés mercantiles.

Et si tout celà n'était qu'un plan machiavélique mis en place de longue date ?






 

Repost 0
Published by observatoiredesconspirations - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article

Liens Medias Libres

Présent : Quotidien de la presse nationale et chrétienne https://www.present.fr/